Revue de Presse Cannabique

Pour Francois Hollande, le cannabis doit rester interdit

Posted at 31/01/2014 | By : | Categories : Revue de Presse Cannabique | 0 Comment

Des polemiques sur la depenalisation du cannabis au sein du parti socialiste

Dépénalisation du cannabis, contraventionnalisation ou libération des drogues dites douces ; un sujet qui met à mal la cohérence politique des socialistes.

A quand un débat à l'échelle européenne sur la légalisation du cannabis ?

Des responsables politiques en désaccord sur la dépénalisation du cannabis

Le PS redoute ce sujet de société. Craignant de passer pour extrêmement tolérant, les socialistes sont divisés sur la dépénalisation de cannabis. Toutefois, soit un ministre, soit un député, impulse l’idée d’un débat sur la légalisation du cannabis. Mais rapidement, le sujet est clos par les instances du parti ou la tête du gouvernement.

Dès son arrivée au gouvernement, C Duflot (Les Verts) a rappelé sa position pour la dépénalisation du cannabis. Tout de suite, JM Ayrault dit le contraire en soulignant que la dépénalisation du cannabis n’est pas à l’ordre du jour.

A l’automne 2012, F Peillon s’était prononcé favorablement à l’organisation d’un débat sur la dépénalisation du cannabis. La tête de l’exécutif avait formulé son désaccord sans attendre.

Mais les tergiversations sur la dépénalisation, la contraventionnalisation ou la libéralisation du cannabis existent depuis de nombreuses années ; ceci donc bien avant 2012, arrivée de la gauche au pouvoir.

D Vaillant, député maire du 18ème arrondissement de Paris et ancien ministre de l’Intérieur de L Jospin jusqu’en 2002, a très vite affiché sa position favorable à la dépénalisation du cannabis.

En 2009, il avait précisé que la dépénalisation du cannabis se ferait dans la clarté, avec des règles comme pour le tabac et l’alcool. Les produits devront être de bonne qualité, vendus dans des endroits précis et contrôlés et interdits aux mineurs de moins de 16 ans. Il s’agit d’autoriser la consommation mais de contrevenir la conduite à risque comme pour l’alcool.

En 2011, F Rebsamen, président du groupe PS au Sénat, avait parlé de contraventionnaliser l’usage du cannabis, ce qui allègerait les procédures policières et judiciaires. Il s’agissait d’une période favorable à la mise en place d’une commission européenne sur la légalisation du cannabis. Le candidat Hollande a rapidement revu sa position et dit clairement que le cannabis doit rester interdit. Cette position était partagée avec M Valls.

Quant aux Verts, ils ont de la suite dans les idées. Ils prônent la dépénalisation. E Joly avait inscrit cette proposition dans son programme de candidate aux élections présidentielles en 2012.

Bookmark this on Google Bookmarks
Share on Facebook