Revue de Presse Cannabique

En matiere de cannabis, la France tergiverse depuis trop longtemps

Posted at 28/01/2014 | By : | Categories : Revue de Presse Cannabique | 0 Comment

2014 sera-t-elle l’année du cannabis ?

L'usage du cannabis doit être sanctionné par une petite amende comme l'avait déjà préconisé N Sarkozy, ministre de l'Intérieur

Devant la vente croissante de cannabis, les trafiquants tirent leur épingle du jeu

Depuis ce début de l’année 2014, l’Etat américain du Colorado a légalisé la marijuana à usage récréatif dans des pot shops out tout résident âgés de plus de 21 ans peut en acheter jusqu’ 28 grammes. L’Etat de Washingtons et l’Uruguay ont voté cette mesure de changement par rapport à la légalisation du cannabis et elle sera applicable d’ici le mois d’avril. Ces trois Etats sont conscients de la mise à mal des produits prohibés. Ils font preuve de courage et adopte cette mesure de légalisation contrôlée que les Pay-Bas ont mis en place, avec une certaine réussite, depuis les années 1970.

A contrario, les responsables politique français tergiversent sur le sujet du cannabis depuis trop lontemps. Pris dans un imbroglio de préjugés et de tabous, la majorité d’entre eux lèvent les mains au ciel sir on évoque la légalisation contrôlée du cannabis. Parmi les bonnes résolutions de début d’année, grand bien leur ferait d’entamer une réflexion sur la consommation du cannabis. Le sens et le contenu du débat est le suivant.

La prohibition ne marche pas. Il s’agit d’une politique coûteuse et peu efficace. En effet, l’interdiction du cannabis n’ pas d’effet sur la consommation, qui s’avère très élevée en France. La dernière enquêtede l’European School Suvey Project on Alcohal and others Drugs (Espad) datant de 2011, la moitié des lycéens ont déjà fumé du cannabis. Cette consommation devient parmi cette population comparable à celle du tabac. De plus, il est noté un accroissement des consommations : cannabis, alcool, tabac, dans les classes de seconde et première. Preuve de l’inutilité de la prohibition, 50 % des lycéens estime facile de trouver du cannabis.

La prohibition ne profite que aux acteurs du trafic. Elle permet un marché noir juteux sur lequel l’action des services de police a maille à partir. Par contre, la légalisation du cannabis ferait mécaniquement diminuer cet état de délinquance, puisque une partie de ce marché irait vers la légalité.

La poursuite de l’usage du cannabis n’est pas utile et pas juste. Initiée par C Taubira, la Conférence de consensus sur la prévention de la récidive avait préconnisé, en 2013, de réprimer l’usgae du cannabis d’une seule amende afin d’alléger les dossiers des tribunaux. Quand verra-t’onla mise en œuvre de cette mesure déjà préconisée par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur ?

Bien que la législation française soit une des plus répressives, les français âgés de 15 ans à 24 ans sont les leaders d’Europe de la consommation de cannabis. Si l’on regarde les Pays-Bas, il y a, en proportionde la population, 50 % de moins de consommateurs et pourtant la cannabis est facilement disponible. Les Pays-Bas privilégie la prévention ; en France, on la laisse de côté. Les centaines de millions d’euros servant en pure perte pour la répression pourraient tout à fait être utilisés pour une vraie démarche de prevention.

La légailsation contrôlée est source de ressources financières. Au Colorado, il est calculé que l’Etat encaissera 49 millions d’euros en taxes en 2014, dont la majorité sera consacré à l’enseignement, sur un chiffres d’affaires attendu de 420 millions d’euros. Un tel argument financier est aujourd’hui primordial. Pourquoi, les responsables politiques peuvent, en France et sans discussion, se priver de cette ressource ou la laisser aux trafiquants ?

Bookmark this on Google Bookmarks
Share on Facebook